Torborg Nedreaas

Musique d’un puits bleu

Roman / Collection litteratur
140x205 mm / 320 pages
Traduit du norvégien par Régis Boyer
Prix : 22.40 euros
Disponibilité : disponible
ISBN : 9782916589428

Musique d’un puits bleu

Publié en 1960, Musique d’un puits bleu évoque avec une sensibilité extrême le destin de la petite Herdis, une enfant de dix ou onze ans, dont la vie va être bouleversée par le divorce de ses parents. Bien d’autres éléments bousculent par ailleurs l’univers de cette petite fille qui grandit à Bergen : la première guerre mondiale éclate, appauvrit le peuple, et attise les rancoeurs sociales, si bien que les origines allemandes de la famille deviennent soudain problématiques.

Face à la complexité du monde des adultes, cruel et plein de faux semblants, Herdis trouve en elle des ressources protectrices : farouche et déterminée, elle tient tête à son père et sa mère, s’abandonnant secrètement à la douceur de ses rêves. Musique et poésie sont les clés d’un rapport magique à l’existence qui lui permet de résister à la violence extérieure.

Le traducteur, Régis Boyer, compare Nedreaas à la Colette du Blé en herbe  : précise, sensuelle, d’une grande puissance d’évocation, son écriture est délicieusement envoûtante. Le personnage de Herdis apparaît dans trois autres des livres de Nedreaas, dont deux recueils de nouvelles. Les chapitres de Musique d’un puits bleu ont d’ailleurs tous leur force propre, et pourraient souvent fonctionner comme des nouvelles indépendantes. L’ensemble constitue un roman à la temporalité singulière, qui épouse le rythme intérieur de la petite Herdis, héroïne attachante et inoubliable.

PDF - 802.4 ko Préface
Régis Boyer
PDF - 119.6 ko Extrait
Premier Chapitre

Torborg Nedreaas

Torborg Nedreaas est née en 1906, à Bergen. Elle se tourne relativement tard vers l’écriture, mais s’impose rapidement comme l’une des romancières norvégiennes les plus importantes de l’après guerre. Féministe, communiste, ses convictions politiques sont fortement inscrites dans son oeuvre, toujours avec subtilité. Elle aborde ses thématiques privilégiées avec une grande finesse psychologique : les difficultés de la condition féminine, les conflits de classe, la pauvreté dans la société urbaine norvégienne… Romancière, elle maîtrise aussi parfaitement l’art de la nouvelle : Derrière l’armoire, la hache est considéré en Norvège comme l’un de ses chefs-d’oeuvres.