Ivan Brunetti

Misery loves Comedy

Bande Dessinée / États-unis
Traduit de l’anglais (Etats-Unis)
180x250 mm / 172 pages
Couverture cartonnée toilée,
intérieur couleur et N&B
Prix : 23.40 euros
Disponibilité : disponible
ISBN : 9782916589459

Misery loves Comedy

Publié en 2007, Misery loves Comedy rassemble les trois premiers volumes de la série Schizo, augmentés de dessins de jeunesse et de contributions à divers périodiques, et enfin d’une série d’œuvres en couleurs, plus proches du style graphique de Schizo 4, avec en particulier un hommage à Chris Ware. Brunetti se montre d’ailleurs capable de parodier à peu près tous les styles graphiques du dessin d’humour, du début du XXè siècle à nos jours.

Dans chacun des numéros de Schizo, Brunetti met en scène ses obsessions philosophico-existentielles  : si la forme évolue, les thématiques se répètent avec une récurrence volontairement désespérante  : haine du monde et de soi même, absurdité de l’existence, horreur de la bêtise et de l’avidité des hommes, imposture de la civilisation et cruauté aveugle de la nature, dictature oppressante des instincts sexuels… Brunetti développe au fil des pages une variante personnelle du nihilisme, qui s’accompagne logiquement de fantasmes d’autodestruction et d’anéantissement global. Les digressions métaphysiques les plus échevelées côtoient en permanence les dessins les plus triviaux, les images violentes ou scatologiques : l’auteur utilise les vertus subversives de la farce pour mettre au jour l’imposture morale de nos sociétés « civilisées ». Famille, amour, travail, politique, culture  : rien n’échappe à ce joyeux jeu de massacre, et surtout pas l’auteur lui-même.

Fruit d’une dizaine d’années de création, Misery loves Comedy est un livre monstrueux, furieusement drôle et dérangeant, sans équivalent dans l’histoire de la bande dessinée américaine.

Ivan Brunetti

Ivan Brunetti est indéniablement l’une des figures majeures du comics underground des années 90/2000, bien qu’il demeure « le secret le mieux gardé de la BD américaine » selon Chris Ware. L’hommage de cet autre créateur de génie n’a rien de surprenant : les deux auteurs ont beaucoup en commun, à la fois par leur sensibilité et leur vision, résolument noire, de la vie en général, et par leur exigence artistique. Grand admirateur du créateur de Peanuts, Charles Schulz, Ivan Brunetti publie régulièrement des illustrations et des strips dans divers journaux et magazines tels que The New Yorker, The New York Times, McSweeney’s… Il enseigne à l’université Columbia de Chicago, où il a organisé en 2005 une grande exposition de bande dessinée intitulée The Cartoonist’s Eye, travail qui s’est poursuivi par la direction de deux volumes anthologiques aux presses universitaires de Yale. À sa sortie, Misery Loves Comedy a obtenu un vif succès critique et populaire couronné par une selection au festival d’Angoulème ou Ivan Brunetti était un des invités officiels.