Henry Parland

Tirage au clair

Collection Literatur
Traduit du suédois (Finlande)
par Elena Balzamo
172 pages / 115 x 175 mm
Prix : 10 euros
Disponibilité : disponible
ISBN : 9782366240733

Tirage au clair

Helsinki, années 20. Dans son appartement, Henry se contemple dans une glace, se tire la langue, puis s’installe pour écrire une lettre d’amour à Amy, morte il y a seulement un an ; et dont le souvenir déjà se disloque. Le jeune dandy voudrait penser à tout : leur rencontre, leurs nuits blanches, leurs postures solitaires, leurs blessures… Il veut coucher sur le papier l’image-éclair de cette fille légère et fantasque, saisir dans sa chambre noire l’essence exacte de celle qui, par intermittence, fut tout pour lui…avant de redevenir une étrangère, qui ne le connaît plus et qu’il ne reverra jamais.

Partiellement autobiographique, ce fulgurant roman sous influence proustienne vibre de toutes les promesses que le jeune écrivain finlandais n’a pas eu le temps de tenir.

À propos de Tirage au clair

« On se croit chez Scott et Zelda, c’est léger comme une bulle de champagne, élégant comme un homme en costume, désespéré comme l’aube blanche. Devenu un classique en Scandinavie, ce livre posthume a tout de la chanson lente et mélancolique, fleur fanée qui se souvient avoir été jeune, et belle. »
Isabelle Falconnier, L’Hebdo (Suisse)

« On ne peut que tomber sous le charme de ce poète qui se cherche. »
Philippe Chevilley, les Echos

« Tirage au clair est un roman étrange, fiévreux, glacé et passionné à la fois. »
Christophe Mercier, le Figaro

Henry Parland

Né en 1908 de mère allemande et de père russe, Henry Parland apprend le finnois lorsque la famille s’installe dans le pays, fuyant le désordre qui a suivi la révolution russe, mais c’est finalement le suédois qu’il choisit comme langue d’écriture. À dix-huit ans, il publie ses premières nouvelles avant de se tourner vers la poésie, encouragé par Gunnar Björling, chef de file du courant moderniste finlandais. Il meurt d’une scarlatine foudroyante en 1930, à vingt-deux ans, laissant derrière lui le manuscrit de Tirage au clair, ce premier et unique roman d’un auteur surdoué, dont la trajectoire fulgurante marquera durablement le ciel des lettres scandinaves.