Mori Ôgaï

L’Oie Sauvage

Collection 文学
Traduit du japonais
par Reiko Vergnerie
176 pages / 115 x 175 mm
Prix : 10 euros
Disponibilité : disponible
ISBN : 9782366240979

L’Oie Sauvage

Un soir de septembre, à Tokyo, en l’an treize de Meiji, le calme regard d’Otama croise pour la première fois celui d’un étudiant en médecine passant distraitement devant sa modeste demeure de « maîtresse entretenue ». Un sourire se dessine bientôt sur le visage un peu triste de la jeune femme tandis que le promeneur, inconsciemment, ôte sa coiffure pour saluer cette reconnaissance secrète aussi bien qu’incertaine. Dès lors, au fil des jours, une relation s’instaure, sans parole, et les arrière-pensées fleurissent, au passage, à travers le treillis d’une fenêtre…

Mori Ôgaï

Chirurgien, romancier, novelliste, poète, dramaturge, critique et traducteur, Mori Ôgaï (1862-1922) est un intellectuel de premier plan de l’ère Meiji (1868-1912). Il effectue de nombreux voyages en Europe, notamment en Allemagne, et en profite pour s’intéresser à la littérature, à la philosophie et aux arts du Vieux Continent. À son retour, il est frappé par le gouffre qui sépare les deux mondes, et, fort de ses expériences à l’étranger, entend moderniser à la fois la médecine et la littérature de son pays : entre les différentes guerres qui le forcent à interrompre son activité littéraire foisonnante, il crée plusieurs revues, publie des romans ( dont Vita Sexualis ou l’apprentissage amoureux du professeur Kanai Shizuka, censuré dès les premières semaines de sa publication ), en traduit d’autres ( de Goethe, Strindberg, Schnitzler, Shakespeare, Ibsen… ). Opposé au naturalisme, il se fera le chantre d’une littérature portée par un idéal et contribuera au mouvement de rénovation de la littérature romanesque à l’oeuvre au Japon.