Choi Juhyun

Sous la peau du loup

Bande Dessinée / Corée, francophone
160x240 mm / 192 pages
Couverture couleur, intérieur N&B
Prix : 20.30 euros
Disponibilité : disponible
ISBN : 9782916589237

Sous la peau du loup

« Dans ma tête, sous ma peau, au bout de mes doigts, des griffes, de la chair des gens que j’ai mangés, des familles, des tribus. Cette meute-là, c’est la mienne. Mal rangée, bordélique ; leurs ombres me couvrent, les souvenirs inconnus se révèlent à mes sœurs, leurs masques et mes enfants enfermés.

Ils me traînent, pour me débarrasser de mes humeurs. Les morceaux d’esprit frais se dissipent sur le chemin, ils attendent dans les recoins pour m’emprisonner avec leurs épingles.

Dans ce livre, la jeune fille cherche ses vieux fils, la femme pleure de la main du soldat qui ne lui répond pas, l’homme dit qu’il ne faut pas laisser tomber les larmes, ça l’attire, et la danseuse sait que de l’autre côté de la terre, le temps passe à l’envers.

Ils mettent leurs masques et montent sur scène, disent ce qu’ils croient être leur texte, oublient leur liberté et disparaissent. Encore qu’à l’acte suivant, il est bien possible qu’on les retrouve, naïfs, tendres et juteux.

Plus petite, je jouais au Grimja nori : dès que le loup marche sur ton ombre ou la traverse, tu es pris. Dans une maison, sous un abri, il n’y a plus d’ombre, alors tu peux te mettre en sécurité. Mais tu ne joues plus. »

Traces de mémoire, récits à la logique erratique, lacunaires. Quelques éléments prégnants dans cet ensemble de nouvelles dessinées, en particulier le pays d’origine, la Corée, à travers sa mythologie et son histoire. Un pays qui n’est toujours pas en paix : beaucoup de militaires traversent ces récits, présences plus ou moins oppressantes, mais presque familières. Les histoires intimes, des histoires de jeunes filles, se nouent de manière étrange avec des questions d’ordre politique et guerrier. Un théâtre de l’inconscient fascinant et déroutant, qui oscille entre violence et poésie.

Choi Juhyun

Choi Juhyun est sud-coréenne, elle vit en France depuis quelques années. En 2007, elle a bénéficié d’une résidence à la Maison des auteurs d’Angoulême. Elle dessine principalement à l’encre, a publié des histoires courtes dans plusieurs revues et collectifs (notamment dans 40075km aux éditions L’employé du Moi), et réalisé plusieurs livres d’artiste mêlant dessin, texte et photographie. Son album Sous la peau du loup est sorti en octobre 2008, elle travaille actuellement sur un roman graphique qui portera sur ses années de jeunesse en Corée du Sud.