archives à la une    [ date ] / [ genre ] / [ auteur ]

à la une

William Kotzwinkle / L’ours est un écrivain comme les autres

L’ours est un écrivain comme les autres Collection Literature
Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Nathalie Bru
Couverture couleur
304 pages / 140 x 205mm

[ en savoir plus ]

À propos de L’ours est un écrivain comme les autres

« Petit bijou d’humour transversal, L’ours est un écrivain comme les autres décrit la trajectoire d’un écrivain fabriqué par ses éditeurs et pourfend la scène littéraire d’un coup de griffe acérée. On en grommelle de plaisir, ce livre est du miel. »
Hélèna Villovitch, ELLE

« Pour qui cherche un antidote à la morosité, L’ours est un écrivain comme les autres est à lire séance tenante. »
Alexandre Fillon, Livres Hebdo

« Un petit bijou. L’ours est un écrivain comme les autres s’inscrit dans la lignée des fables animalières et mérite amplement le succès que l’auteur a offert à son personnage. »
Antoine Tracol, PAGE des Libraires

« William Kotzwinkle est notre Boccace – personne n’est plusdrôle, plus fin et plus inventif que lui, et il brandit son épée satirique avec autant de férocité et de poigne que Boccace, le même sourire étonnamment tolérant sur les lèvres… J’enjoins ses lecteurs à tenter de résister à l’envie de le lire le soir, quand le reste de la famille essaye de dormir : vous les en empêcherez à force d’hurler de rire. »
Richard Bausch

« Très drôle, et sans doute vrai. »
Terry Pratchett

« Hal nous fait tellement rire qu’on ne peut que lui souhaiter le succès »
The New York Times

« J’ai fini par me rendre. J’étais là, à rire dans mon coin. Je vis seul, mais j’ai ri jusqu’à ce que le gamin des voisins vienne me demander : « Mais qu’est-ce qui se passe ? » « Je ris. » « Mais pourquoi ? » « Eh bien parce que ce livre est le plus drôle que j’aie lu sur les ours, le monde de l’édition, la pédanterie des universitaires, les balades innocentes le nez en l’air dans Manhattan et le purgatoire des tournées pour défendre un bouquin. Eh oui, mon p’tit gars. J’adore ce livre. »
Herbert Gold