Torborg Nedreaas

Derrière l’armoire, la hache

Roman / Collection Litteratur
140x205 mm / 192 pages
Traduit du norvégien
par Aude Pasquier
Prix : 20.30 euros
Disponibilité : disponible
ISBN : 9782916589619

Derrière l’armoire, la hache

Publié en 1945, alors que la Norvège venait d’être libérée de l’occupation nazie, Derrière l’armoire, la hache affronte des thèmes alors particulièrement brûlants pour le peuple norvégien.

Ayant pour toile de fond la seconde guerre mondiale, ces nouvelles évoquent, sans aucun manichéisme, un peuple oppressé, déchiré. Car c’est avant tout les destins individuels qui intéressent Nedreaas : se tenant plus près des sensations et des réflexions de ses personnages, elle décrit l’égarement, la confusion, les doutes s’emparant des individus. Complexes, parfois elliptiques, voire oniriques, ces nouvelles laissent une grande part à l’interprétation du lecteur. Sans jugement moral, elle met en scène des êtres passionnés, souffrants, aimants, mus avant tout par l’instinct de survie.

Avec parfois une grande crudité, elle évoque le sort de femmes compromises dans des relations avec l’occupant, qu’elles agissent par intêret ou sous le coup d’un véritable élan amoureux. Plusieurs nouvelles mettent en scène de très jeunes filles vendant leurs faveurs aux Allemands en échange d’un peu de confort matériel. Nedreaas montre toute l’ambiguité de la situation de ces femmes, qui trouvent auprès des Allemands un erzatz d’affection, alors que la bonne société les rejette violemment. Au delà de la noirceur, une véritable aspiration à la liberté traverse l’ensemble de ces nouvelles, considéré comme un des textes les plus importants de Torborg Nedreaas.

PDF - 82.3 ko Extrait

Torborg Nedreaas

Torborg Nedreaas est née en 1906, à Bergen. Elle se tourne relativement tard vers l’écriture, mais s’impose rapidement comme l’une des romancières norvégiennes les plus importantes de l’après guerre. Féministe, communiste, ses convictions politiques sont fortement inscrites dans son oeuvre, toujours avec subtilité. Elle aborde ses thématiques privilégiées avec une grande finesse psychologique : les difficultés de la condition féminine, les conflits de classe, la pauvreté dans la société urbaine norvégienne… Romancière, elle maîtrise aussi parfaitement l’art de la nouvelle : Derrière l’armoire, la hache est considéré en Norvège comme l’un de ses chefs-d’oeuvres.