bell hooks

Ne suis-je pas une femme ?

Collection Sorcières
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Olga Potot
224 pages / 140x205 mm
Date de sortie : 23 septembre 2015
Prix : 22.50 euros
Disponibilité : disponible
ISBN : 9782366241624

Ne suis-je pas une femme ?

« Ne suis-je pas une femme ? », telle est la question que Sojourner Truth, ancienne esclave, abolitionniste noire des États-Unis, posa en 1851 lors d’un discours célèbre, interpellant féministes et abolitionnistes sur les diverses oppressions subies par les femmes noires : oppressions de classe, de race, de sexe. Héritière de ce geste, Bell Hooks décrit dans ce livre devenu un classique les processus de marginalisation des femmes noires et met en critique les féminismes blancs et leur difficulté à prendre en compte les oppressions croisées. Un livre majeur du « black feminism » enfin traduit plus de trente ans après sa parution ; un outil nécessaire pour tous à l’heure où, en France, une nouvelle génération d’afro-féministes prend la parole.

bell hooks

bell hooks, auteure, féministe et militante noire américaine, est née en 1952 dans le Kentucky. Enfant, elle subit les lois de ségrégation raciale, notamment en allant dans une école publique réservée aux noir.e.s. Née Gloria Jean Watkins, elle choisit comme pseudonyme le nom de sa grand-mère maternelle, connue pour son franc-parler, en l’écrivant avec des minuscules pour mettre l’accent sur son travail plutôt que sur sa personne. Après des études de littérature anglaise et une thèse sur Toni Morrison, elle enseigne l’anglais, l’histoire africaine et afro-américaine, les études féministes dans différentes universités. À travers ses actions et son œuvre, elle explore les liens entre les oppressions de sexe, de race et de classe. Elle est titulaire de nombreux prix et distinctions, et figure dans la liste des intellectuel.le.s les plus influent.e.s des États-Unis établie par Publisher’s Weekly et The Atlantic Monthly. Elle a publié plus de 30 livres et de nombreux articles dans des revues, sur des sujets comme le patriarcat, la pédagogie, la sororité, l’impérialisme blanc, les médias de masse, le post-colonialisme...