Reportage céleste de notre envoyé spécial au paradis

22,40

Préface de

Un quotidien britannique lance auprès d’intellectuels européens de tout poil une grande enquête sur la nature de l’au-delà : Frigyes Karinthy, piqué au vif de ne pas avoir été sollicité, rédige librement sa réponse, une vision originale et jouissive du royaume des cieux.
Merlin Oldtime, grand reporter aux capacités d’investigation hors normes, se livre à un incroyable reportage, récit au jour le jour de ses passages à travers les cercles successifs de l’au-delà en compagnie de Denis Diderot, l’encyclopédiste de l’ère nouvelle.

Karinthy fait une fois de plus la preuve de son imagination débordante : dans cet au-delà qui emprunte les formes d’un passé éternisé, Merlin Oldtime croisera toutes sortes de personnages, de Jules César au marquis de Sade, d’Archimède à Hélène de Troie.
Farce métaphysique extravagante, Reportage céleste, paru initialement en 1934, bouscule et questionne en toute légèreté les certitudes et les valeurs d’ici-bas.

350 pages / 20,5 x 14 cm
Date de sortie : 10 mars 2010
22,40 euros
ISBN : 9782916589107

Auteur·trice

Frigyes Karinthy

Né le 24 juin 1887 à Budapest et mort le 29 août 1938, écrivain, dramaturge, poète, journaliste et traducteur, il demeure à ce jour l’un des auteurs hongrois les plus importants, au même titre que Dezsö Kosztolányi, Gyula Krúdy ou Milán Füst. Les multiples visages de l’écrivain sont tout à la fois celui d’un humoriste, d’un philosophe visionnaire, d’un poète ou d’un journaliste. Le philosophe satirique en quête de vérités humaines essentielles, le ciseleur raffiné des caractères se cachent souvent derrière le visage de l’humoriste ou de l’écrivain de l’absurde, étiquette principale de sa postérité. Inscrite dans l’effervescence culturelle de la « belle époque » austro-hongroise bientôt anéantie par la Première Guerre mondiale, son œuvre reflète l’extrême sagacité de son regard, son insatiabilité de connaissance dans tous les domaines, sciences, psychanalyse, et son goût effectivement inaltérable pour le rire (incarné par sa formule devenue célèbre : « En matière d’humour, je n’admets pas de plaisanterie. ») En 1936, atteint d’une tumeur au cerveau, il est opéré à Stockholm, grâce à une souscription nationale. Il raconte sa maladie dans Voyage autour de mon crâne.
Catégories : , ,

Newsletter

Si vous souhaitez recevoir des nouvelles des éditions Cambourakis, inscrivez-vous !

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

Mise à jour…
  • Votre panier est vide.
commodo ut massa eget suscipit dolor. nec porta. Curabitur