La Promo 49

17,50

Traduit par

Ce septième roman de Don Carpenter, paru en 1985, est un portrait de groupe : on y suit les trajectoires d’une trentaine de camarades au cours d’une année charnière, celle où ils vont terminer le lycée, et basculer plus ou moins brutalement vers l’âge adulte. Cet « album » est composé de vingt-quatre chapitres, des instantanés, dont le développement narratif flirte avec les canons de la nouvelle américaine : un certain minimalisme, une rigueur linguistique, une tension propre, des chutes laconiques, comme en suspens, qui soulignent souvent la tonalité nostalgique de ces brefs épisodes.
L’action se situe à Portland à la fin des années quarante, débute un soir de réveillon, s’attarde un peu au lycée, passe fugitivement à New-York, s’offre quelques excursions estivales à Seaside, la station balnéaire toute proche, et se clôt sur des retrouvailles, un an plus tard précisément, lors d’un double enterrement…

Don Carpenter avait dix-huit ans en 1949 ; à travers ce roman, il porte sur sa génération un regard empathique et lucide et restitue avec une remarquable économie de moyens la grâce précaire de la jeunesse.

« Pour eux, le temps du lycée et de la jeunesse était terminé. C’était une réalité. »

144 pages / 14 x 20,5 cm
Date de sortie : 06 novembre 2013
17,50 euros
ISBN : 9782366240320

  

Auteur·trice

don carpenter cambourakis

Don Carpenter

Don Carpenter est né à Berkeley, Californie, en 1931. Après des études à Portland, il s’installe au début des années 1960 à San Francisco. Conforté par le succès public et critique de Sale temps pour les braves, il se consacre entièrement à l’écriture et travaille comme scénariste pour Hollywood. Divorcé et accablé par la maladie dès le début des années 1980, Carpenter mène une vie d’ermite dans son petit appartement de Mill Valley où il met fin à ses jours en 1995, dix ans après le suicide de son grand ami Richard Brautigan. Il est l’auteur d’une dizaine de romans. Toute son œuvre a été traduite par Céline Leroy.

Presse/Actualités

« Cru, fébrile, écrit à l’encre noire, c’est un bijou sur la construction de l’identité masculine, la fin des illusions et les liens qui unissent un groupe. […] Avec ce bouquin, il pourrait s’offrir un peu d’immortalité. »
Gaël Golhen, Technikart

« Drôle, mélancolique et parfaitement agencé, La Promo 49 confirme tout le bien que l’on pouvait penser des Carpenter après Sale temps pour les braves. »
Alexandre Fillon, Livres Hebdo

« La prose de Carpenter est superbe, légère, alerte, assurée, lumineuse, tendre, amusée, triste, empreinte d’une douloureuse sagesse et d’un humour plein d’optimisme. »
Normal Mailler

« Lire les inquiétudes et les espoirs de ces enfants de l’après-guerre est une douce madeleine de Proust, au goût amer. »
Anne-Laure Pineau, Causette

« Portés par la plume désenchantée d’un écrivain qui avait en 1949 l’âge de ses personnages, vingt-quatre vignettes font revivre l’ivresse et les détresses de l’adolescence, la virulence du désir, l’élan des engouements grégaire et la cruauté des échecs secrets, la sécheresse de l’écriture ayant pour effet de souligner la profondeur des solitudes individuelles dont est tissé ce poignant portrait de groupe. »
Bruno Juffin, Les Inrocks

« Carpenter a l’art de l’économie, une phrase suffit à dessiner le dehors et le dedans. »
– Thomas Stelandre, Libération

Catégories : , ,

Newsletter

Si vous souhaitez recevoir des nouvelles des éditions Cambourakis, inscrivez-vous !

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer notre newsletter. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits.

Mise à jour…
  • Votre panier est vide.